Je veux tout savoir

Coévolution

Pin
Send
Share
Send


L'idée de coévolution il est utilisé dans le domaine de biologie nommer le adaptation mutuelle de deux espèces ou plus d'organismes vivants dans le contexte de leurs processus évolutifs. Cette adaptation découle de la influence réciproque cette espèce s'exerce mutuellement par le biais du parasitisme, de la symbiose, de la liaison prédateur-proie et d'autres interactions.

La coévolution suppose que les modifications enregistrées dans une genre dans le cadre de leur évolution, ils exercent une pression sur la sélection naturelle des autres espèces. Simultanément, ces espèces initient leur adaptation à ces changements et influencent l'évolution de la première espèce. Dans ces cas, on parle de coévolution interspécifique .

Il y a des biologistes qui postulent aussi l'existence de coévolution intraspécifique , qui fait référence aux changements réciproques qui se produisent dans des organismes appartenant à la même espèce. Ces modifications sont enregistrées dans gadgets et systèmes dans le cadre évolutif de l'espèce en question.

Un concept lié à la coévolution est le mutualisme , type de relation dans lequel plusieurs espèces évoluent pour atteindre un avantage mutuelle.

Il est important de garder à l’esprit que la coévolution est liée à facteurs biotiques et ne pas facteurs abiotiques . L'influence du climat sur le processus évolutif, par exemple, n'est pas considérée comme une coévolution entre une espèce vivante et les conditions climatiques.

Nous pouvons trouver des cas de coévolution entre différents plantes e les insectes . Il y a des plantes qui génèrent des toxines pour prévenir les attaques d'insectes; Cependant, certaines espèces animales parviennent à surmonter ce mécanisme de défense, réalisant avec leur évolution que les toxines ne les affectent pas. De cette manière, la plante commence à produire un autre type de toxines.

Selon l’auteur étudiant la coévolution, il est possible d’identifier différents types, c’est-à-dire la théorie de la John N. Thompson , Professeur à l’Université de l’Illinois au Département d’écologie et de biologie évolutive, l’un des plus largement acceptés. Le premier type généralement décrit est la coévolution appelée gène par gène ; on enregistre ici des cas très spécifiques caractérisés par une sélection mutuelle par les gènes, qui établissent les relations qui impliqueront les deux espèces.

Le second type est appelé coévolution spécifique , et c’est celui dans lequel les espèces ont un caractéristique spéciale qui est apparue à la suite d’une adaptation pour permettre la vie avec d’autres espèces. Ceci est réalisé grâce à la combinaison de traits réciproques d'espèces qui habitent le même site, sans aucune preuve d'un point de vue génétique pour justifier les traits.

Dans la coévolution syndicale D'un autre côté, un certain nombre d'espèces fonctionnent comme une guilde: leurs membres sont apparentés à un groupe d'une autre espèce, ce qui se traduit par l'apparition de nombreux traits des deux côtés, toujours du fait de la adaptation Ils traversent.

Il existe un quatrième type de coévolution, appelé diversifier , dont les interactions sont très spécifiques et provoquent la spéciation (processus par lequel une espèce peut en entraîner d'autres) et isolement de la reproduction. La coévolution diversifiante peut générer un grand nombre d'espèces qui interagissent les unes avec les autres.

Enfin, il existe le type de coévolution connu sous le nom de échappement et rayonnement , mentionné par les scientifiques Raven et Ehrlich en 1964. Il déclare qu'une plante est sauvée de certains animaux herbivores qui la consomment s'ils parviennent à muter pour pouvoir se défendre chimiquement. Cette mutation est suivie de l'évolution de l'animal, qui doit s'adapter et supporter cette défense continuer à nourrir. Cela provoque le rayonnement d'espèces qui affecte les deux parties.

Pin
Send
Share
Send